EclEctic wEEk

04 octobre 2008

Une vie de chat

Date événement: hier marquait la sortie du tome 47 de Garfield.
Je l'ai guetté comme une âme en peine. On dirait que mon année est rythmée par deux événements:
mars et octobre. Il y a l'avant-Garfield et l'après-Garfield, encore suivis d'un avant-Garfield et ainsi de suite. Car en une année, il n'y a pas un cru, mais deux cuvées Garfield.
Alors demain, obligé, je me rends dans ma Fnac préférée pour chercher le précieux album. Une première édition, ça ne se rate pas.

garfield_47

Garfield, je l'ai découvert il y a 14 ans. J'avais donc 10 ans. C'était dans Infos Junior, devenu par la suite L'Hebdo des Juniors (ça existe encore?). A l'époque, je devais feuilleter mon magazine du début à la fin, pour finir par le meilleur: la page Garfield. Retarder le moment pour mieux l'apprécier.  Mais ma patience a fini par atteindre ses limites, aussi me fis-je offrir les aventures dudit personnage sous forme d'albums. Mon premier Garfield dut être le dernier. Vous me suivez? J'entends par là que j'ai dû entamer ma collection garfieldesque par le dernier numéro paru, celui-là même que je retrouvais chaque semaine dans mon magazine. Si mes souvenirs sont bons, je crois qu'il s'agissait du tome 18, "Garfield dort sur ses deux oreilles".

garfield_18

Dépôt légal: avril 1994. Tout compte fait, j'avais même pas 10 ans. Ce qui veut dire que j'ai sans doute connu le gros chat à l'âge de 8 ou 10 ans finalement. Ca nous rajeunit pas, me direz-vous. Il s'en est passé des choses en 16 ans. Mais parmi toutes ces choses, une seule peut-être est restée immuable: chaque année, j'acquiers deux Garfield. 16 ans à se délecter des non-aventures du chat le plus paresseux du monde. Ca me rappelle qu'une fois, à la télé, j'ai vu un documentaire (Incroyable mais vrai) qui relatait l'histoire d'un gros chat de la vraie vie, 17 kilos au compteur. Un monstre. C'était donc possible. Parfois, je regarde mon chat et je me dis que j'aurais pu l'appeler Garfield, pour un petit rouquin tigré. Toutefois, s'il lui arrive de dormir autant que Garfield et même de regarder la télé, il est différent. Mon chat, il se gave pas de lasagnes et de café. Non, son truc à lui, c'est l'eau. Quand il me voit une bouteille d'eau à la main, il devient fou. On dirait que je tiens une boîte de thon. J'ai jamais compris la raison de son addiction à l'eau. A l'eau minérale en plus. S'il voit que je verse de l'eau du robinet dans sa gamelle, il n'en veut pas. Mon chat a des goûts de luxe. Il veut sa Volvic ou son Evian, qu'il me vole parfois à même mon verre posé sur la table.

ugo_miniature

Je sais pas pourquoi je vous raconte tout ça. Je vous le raconte, c'est tout.
Nous disions donc 16 ans passés à suivre la petite vie de Garfield et son  maître Jon, Garfield et le chien Odie, Garfield et la belle Arlène, Garfield et le chaton "le plus mignon du monde", Nermal. Je me souviens de la grand-mère de Jon sur son scooter. Des vacances à la ferme en compagnie de Doc, le frère de Jon. Je me souviens de tout cela comme si je l'avais vécu. Parce qu'après tout, je l'ai un peu vécu. 16 ans passés à lire, relire et attendre Garfield, ça vous marque. C'est comme s'il m'avait toujours accompagnée. Des petites tranches de répit pour une fille qui au fond, n'a jamais vraiment eu l'occasion d'être insouciante. D'ailleurs, je crois que ça fait 16 ans que ça dure, la non-insouciance, la trop grande conscience du réel. Garfield est arrivé à point nommé, et ça n'a pas près de s'arrêter. Rendez-vous en mars 2009 pour le tome 48!

garfield_radio

Posté par cocohutte à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,